Archives d’Auteur: romainbarucq

Histographe, un nouveau réseau social pour vous connecter à l’Histoire et au passé

Ce réseau social, créé par un jeune ingénieur français de 23 ans, vous propose de vous connecter au passé en partageant notamment toutes sortes de documents historiques (capture d’écran – DR)

Marre des amis qui publient des statuts sans intérêts ou les photos de leurs dernières vacances à Palavas sur leurs profils Facebook ? N’éteignez pas encore votre ordinateur. Le site www.histographe.com peut vous sauver. Pierre-Olivier Fleckenstein, jeune diplômé des Arts et Métiers de 23 ans, va peut-être vous réconcilier avec les réseaux sociaux. Après une année de spécialisation en création d’entreprise, il a décidé d’unir ses deux passions – l’informatique et l’histoire – en un seul site. Assis à la terrasse d’un café qui borde la place d’Italie – à quelques pas de son école – il explique ce projet devenu réalité : « Je l’ai imaginé il y a cinq ans. Au départ, cela devait s’appeler Histobook mais les avocats de Mark Zuckerberg m’ont immédiatement écrit suite au dépôt de marque à l’INPI« .

Lire la suite

Tagué , , , ,

Franck Ferrand (2/2) : « Les médias ont tendance à revenir à l’Histoire »

Présentée par Franck Ferrand, l’émission « L’ombre d’un doute » revient, tous les quinze jours, sur des événements tragiques (Jack l’Eventreur, le naufrage du Titanic…) et les personnages importants de notre histoire (Clemenceau, Jeanne d’Arc, Robespierre…) (Capture d’écran – DR)

Franck Ferrand dit ce qu’il pense. En toute honnêteté. Son arrivée à la télévision est avant tout une question de carrière. Il le reconnaît. Il repense d’ailleurs assez régulièrement à cette anecdote qui le lie à Alain Decaux. En 2002, les deux hommes sortent deux ouvrages chez le même éditeur. L’académicien, une biographie de Saint Paul. Franck Ferrand, un essai sur le Château de Versailles. En trois semaines, Alain Decaux vend près de 200 000 exemplaires. Lui atteint péniblement les 1500 exemplaires. Il suivra alors son conseil :  le public n’achète pas un livre mais il achète un auteur. Le seul moyen pour qu’un livre fasse des ventes, c’est d’être connu. Après huit années passées dans l’ombre de la radio, le petit écran semble lui avoir ouvert les portes d’une certaine notoriété.

Lire la suite

Tagué , , , ,

Franck Ferrand (1/2) : « Pour parler d’histoire, il faut de la clarté, du rythme et de l’émotion »

Depuis 2011, Franck Ferrand anime l’émission Au coeur de l’histoire sur Europe 1, une station où il travaille sur les questions historiques depuis 2003 (DR – Europe1)

C’est une des voix familières d’Europe 1. Du lundi au vendredi, Franck Ferrand propose un voyage Au coeur de l’histoire, une émission qu’il anime depuis février 2011 et qui attire, en moyenne, plus de 600 000 auditeurs (audience cumulée). Quelles sont les difficultés de fabrication d’une émission historique ? Comment transmet-on une discipline telle que l’histoire à un public non spécialisé ? Franck Ferrand vous fait découvrir les coulisses de la préparation de l’un des programmes phares de la station.

Lire la suite

Tagué , , ,

Alain Decaux et la télévision (3/3) : « Notre émission s’est arrêtée car De Gaulle est entré en jeu »

Alain Decaux et André Castelot présentant un épisode de leur émission « Les énigmes de l’histoire » consacrée à l’Homme au Masque de Fer – Janvier 1957 (capture d’écran – INA)

Interviewer Alain Decaux c’est un peu comme ouvrir une encyclopédie dont les pages se tourneraient toutes seules. Durant cette heure et demie d’entretien, j’ai eu le sentiment de voir l’histoire de la radio et de la télévision sous mes yeux. Mieux, j’avais l’impression d’assister à une projection privée de sa célèbre émission Alain Decaux raconte. Déjà auteur de plusieurs livres, l’homme excelle depuis 1951 à la radio grâce à son émission La Tribune de l’Histoire (2/3 : « Nous voulions rendre l’histoire accessible à tous« ). Un nouvel amour qui durera jusqu’à la fin des années 1980 va pourtant bousculer à nouveau son existence.

Lire la suite

Tagué , , , , , ,

Alain Decaux et la radio (2/3) : « Nous voulions rendre l’histoire accessible à tous »

Extraits de l’émission « La Tribune de l’Histoire » du 10 mai 1953. Au programme notamment la démission du Président Deschanel en 1920 (INA)

Nous sommes au début des années 1950. Installé à son bureau, Alain Decaux écrit. Sur les conseils de son rédacteur en chef, il a décidé de consacrer sa carrière à sa plus grande passion, l’histoire (1/3 : « A 8 ans, mon premier livre était déjà consacré à l’histoire« ). Située à quelques centimètres de lui, la radio est allumée. A cette époque – bien plus qu’aujourd’hui – tout le monde s’informe et se divertit par ce biais. Peu de Français ont, en effet, la chance de posséder un téléviseur. On en recense moins de 4000 sur l’ensemble du territoire. La démocratisation du petit écran n’est qu’à ses balbutiements. Les programmes sont encore très peu développés et ne sont diffusés que quelques heures par jour. Soudain, un mot familier attire son attention. La chaîne diffuse une émission sur le thème de l’histoire.

Lire la suite

Tagué , , , , ,

Alain Decaux (1/3) : « A 8 ans, mon premier livre était déjà consacré à l’histoire »

Devant une peinture réalisée par son frère, Alain Decaux nous explique les raisons de son amour pour l’histoire et comment tout a commencé (photo RB)

Sur le canapé, une biographie de Pierre Benoit est posée à côté de lui. Deux immortels face à moi. Vendredi 24 février 2012, Alain Decaux me reçoit dans le salon de son domicile parisien, dans le XVIe arrondissement. Mon regard balaie la pièce. Première surprise. L’homme qui a, pendant près de 50 ans, transmis son amour pour l’histoire de France vit entouré de nombreuses sculptures et vases d’inspiration asiatique. Sur les murs, d’immenses toiles réalisées par son frère Hubert côtoient une photo qui immortalise la rencontre de l’académicien avec le pape Jean-Paul II. Habit vert contre soutane blanche. Sur les meubles, les livres s’amoncellent mais laissent une large place pour les photos de famille. « Je suis désolé de ne pas vous recevoir dans mon bureau mais il est difficilement accessible », s’excuse presque Alain Decaux.

Lire la suite

Tagué , , , , , ,